La nouvelle psychologie annoncée par Seligman ne s’agit plus d’aider les gens à passer de - 5 à 0 sur l’échelle de satisfaction, mais à permettre à chacun de passer de 0 à + 5.  

La « psychologie positive » est révolutionnaire en ce qu’elle s’intéresse à ce qui rend les gens heureux. Son objectif est de développer la capacité d’aimer et d’être aimé, de donner du sens à nos actions, d’être responsables de ce que nous pouvons changer, d’être résilients face à ce que nous ne pouvons pas éviter. Le programme de recherche international sur la capacité des moines tibétains à se remplir d’émotions positives est une belle illustration de cette nouvelle psychologie. Par la pratique, ils peuvent radicalement transformer l’état de leur cerveau vers plus de sérénité et de compassion. Ils montrent qu’il est donc possible d’entraîner le cerveau vers un bonheur hors norme…

Pour ceux d’entre nous qui ne seront jamais moines, les premières grandes études de la psychologie positive ouvrent des perspectives plus facilement praticables : elles nous demandent, par exemple, de noter dans un journal (au moins une fois par semaine) les événements les plus positifs que nous avons vécus et comment nous y avons contribué. Après seulement six semaines (à peu près le même temps que celui nécessaire à l’action d’un antidépresseur…), la satisfaction que nous procure notre vie s’est considérablement améliorée.

Un des résultats les plus solides de la psychologie positive est l’importance démontrée de notre connexion aux autres. Mihaly Csikszentmihalyi – le spécialiste des expériences optimales – remarque que « les gens sont le plus heureux lorsqu’ils sont en compagnie d’autres êtres humains. Le pire à se souhaiter est de rentrer seul à la maison sans rien à faire de particulier, et c’est précisément ce qu’une grande partie des gens croit désirer le plus ! (C. Wallis, The New Science of Happiness, Time, 7 Février 2005, 39-44.) » La simple poursuite du « plaisir », selon Seligman, ne conduit pas à un bien-être durable. Ce qui construit le bonheur, ce serait « l’engagement » – dans une relation amoureuse, une famille, un travail, une communauté – ou « donner du sens à son action » : se servir de ce que l’on a de mieux en soi pour contribuer au bien-être des autres.  

   Mais le message le plus important de la nouvelle psychologie reste sans doute l’enseignement de Nikki : nous avons tous en nous une aptitude naturelle au bonheur et, dans une large mesure, il nous appartient de décider si nous allons, ou non, lui donner sa chance.

Un Atelier du Bonheur, c'est quoi ?

Parce que tout le monde mérite d'être heureux ! 
Vous allez découvrir le meilleur de vous-même en seulement 3 heures ! Des tests qui révèlent vos plus belles forces ! Des pratiques qui vous apprennent à développer votre optimisme !
Des exercices pour booster votre confiance en vous !
Venez vous offrir le Déclic Positif qui vous changera la vie !
 Changez votre regard sur la vie et sur vous-même ! Retrouvez la paix avec vous-même et renforcez votre estime de soi !
Les clés du lâcher prise et de la résilience à votre portée ! 
Une occasion unique de booster votre capital bonheur !
Et comment ça se passe ? ...  BIEN !!  
1 animatrice du bonheur animent un groupe de 4 à 10 personnes
pour parler du bonheur, de la psychologie positive et proposer des exercices,
des pratiques, des réflexions et des partages autour du bonheur ! 

Un moment convivial, agréable, simple et à la fois riche en émotions ! 
Chaque atelier est différent, puisque autant de paramètre et de prises de consciences à changer au quotidien.

1er "Atelier du Bonheur" du Samedi 19 Janvier 2013:

 DSC09509 DSC09521 DSC09526 

CHAQUE "ATELIER du BONHEUR" EST DIFFERENT !!

Des thèmes basés sur les "9 piliers de vie" de Cécile Neuville, psychologue et spécialiste de la psychologie positive.

Ce qui rend les Ateliers ludiques et très attractifs...

Site officiel des "Ateliers du Bonheur"

Nathalie.